La courbe de Gauss

Il y a quelques temps, alors que j’étais sidérée par la médiocrité de certains confrères qui désiraient jeter l’opprobre sur des actions menées par plusieurs adhérents du SNPCE, une consœur m’avait parlé de cette fameuse courbe de Gauss.

Elle m’a dit que, quel que soit le corps de métier, il est toujours ainsi composé :       10 % de très bons, 10 % de très mauvais, et le ventre mou, composé à 80 % de moyens. J’avais donc classé ces individus dans la deuxième catégorie et j’étais passée à autre chose.

Très récemment, j’ai encore pu constater la suffisance de certains confrères qui ne souhaitent pas que notre profession soit reconnue et valorisée, bien au contraire, mais qui œuvrent seulement à saboter les actions qui ont été menées par d’autres, justement parce qu’elles ont été menées par d’autres. Leurs pitoyables actions consistent à reprendre ce qui a été fait pour le présenter comme étant une réalisation originale et devant permettre de mieux connaître nos métiers. L’intention de nuire est évidente, et la fatuité de ces pitres me désole quelque peu.

Parfois, j’ai envie de partir sur une autre planète, qui ne serait peuplée que de personnes comme moi ; en effet, l’égocentrisme et le manque de déontologie de certains de mes confrères et consœurs entament parfois mon bel optimisme. Fort heureusement, il existe des personnes qui me permettent encore de croire que notre profession accueille de vrais professionnels obéissant à une éthique. Donc, merci Anne, Christine, Delphine, Véronique, Florence, Odile, Chrystelle, Tally, Bernard, Alain…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>