GREC

Groupement des écrivains conseils

Un métier loin d’être solitaire

Panneau indicateur multicoloreEn général, l’écrivain public travaille seul. Mais il est recommandé d’être en lien avec des confrères, ne serait-ce que pour échanger sur des pratiques, donner un coup de main et pouvoir faire appel à une aide pour un travail volumineux.

Il faut alors trouver des prestataires en écriture compétents, avec lesquels le courant « passe ». Je suis officiellement écrivain conseils® depuis juin 2009 et j’avoue avoir beaucoup de chance. En effet, en adhérant au Groupement des écrivains conseils (GREC), j’ai rencontré ma garante, Christine Atger, avec qui je continue de travailler aujourd’hui, que ce soit en partenariat ou en sous-traitance ; nous avons aussi développé des relations plus amicales. Voici son site Internet : www.lesmotspour.fr. Au sein de cette association, j’ai également rencontré Delphine Grouiez qui me sous-traite certaines missions de corrections et qui est également une professionnelle sur qui on peut compter ; pour plus d’informations : www.neoscript.fr. Odile Glinel m’a donné des conseils précieux pour l’élaboration d’un récit de vie et elle est à ce jour la professionnelle la plus qualifiée que je connaisse en matière de biographie : www.aufildesoi.eu.

J’aime dialoguer avec de nombreux autres grécistes. Je n’ai pas d’atomes crochus avec tous les membres de l’association car il existera toujours des personnalités « incompatibles », mais cela ne m’empêche pas de nouer des relations avec de nouveaux membres.

En tout cas, je recommande chaudement l’adhésion à une association pour pouvoir progresser dans sa manière de travailler, continuer d’apprendre et à se remettre en question de temps à autre ; cela fait de chacun de nous de réels professionnels.

Le Forum de Paimpol

Logo du GRECCe fut, comme d’habitude, un plaisir de voir certaines de mes consoeurs que je ne peux hélas fréquenter car la distance qui nous sépare est bien trop importante.

Donc, merci à Delphine, Agathe, Françoise, Florence, Line, Marie, Odile, Marie-Agnès, Yvonne, et j’en oublie certainement, pour leurs interventions et l’organisation de ce Forum paimpolais joyeusement ensoleillé. Ce séminaire a été placé sous le signe du beurre demi-sel, des crêpes et de la bonne humeur. Certes il y a bien quelques personnes qui ont voulu assombrir la fête par des critiques non pertinentes et de la négativité, mais ce fut minime par rapport à certains autres Forums.

Et je dois d’ailleurs faire mon mea culpa : les événements n’étaient pas tous tournés vers le livre, puisque nous avons eu une intervention d’un correcteur reconnu dans la profession, M. Colignon, qui a pu nous narrer quelques anecdotes croustillantes. Et bien sûr, l’arbre à poèmes…

Rendez-vous est donc pris pour le prochain Forum du GREC fin mars 2015, à Nice.

 

Forum du GREC 2014

Logo du GRECLe week-end du 15 mars se tiendra le Forum annuel du Groupement des écrivains conseils® auquel je suis adhérente. Cette année, c’est à Paimpol que je retrouverai mes confrères et consœurs. Je vais officiellement recevoir ma certification, dont je suis très fière, et participer à une conférence dédiée aux permanences en institution. L’idée est d’indiquer en quoi consiste l’animation d’une permanence d’écrivain public. Cet atelier sera tenu par Christine Atger et moi-même.

Chaque année, le Forum est l’occasion d’échanger entre professionnels des métiers de l’écriture. Je crains cependant que le métier d’écrivain conseil® ne dérive un peu trop à mon goût vers une fonction d’écrivain tout court. Le risque est évidemment d’oublier les considérations inhérentes à un métier professionnel comme tout ce qui touche au commercial, à la comptabilité ou à la tarification. Nombre de confrères en sont encore à mendier quelques euros à leurs clients et se plaignent ensuite du fait que le métier ne soit pas rentable. Cela nuit à toute la profession, qui peut alors être perçue comme un groupe de farfelus, bardes et autres poètes, lesquels ne semblent pas avoir besoin d’argent pour vivre. Or, je côtoie bon nombre de prestataires en écriture qui balisent leur travail et en vivent correctement.

Mais peut-être est-ce mon côté militant qui parle. Je verrai à ce Forum s’il n’est question que de livres, de biographies et de belles calligraphies. Et j’espère plutôt discuter de marchés, rentabilité et visibilité…

 

Certifiée !!!

Je suis adhérente du groupement des écrivains conseils® (GREC) à propos duquel j’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer dans certains billets. L’appartenance à cette association me permet de rencontrer des confrères et de confronter ma pratique à celle d’autres professionnels. Le GREC offre la possibilité de se voir décerner un label qualité ; il faut pour cela proposer un mémoire de certification à un jury composé de onze membres, et obtenir au moins sept voix. Le mémoire porte sur la présentation d’un travail réalisé pour le compte d’un client. Il faut poser la réalisation dans son contexte, expliquer les choix faits, et montrer le travail final réalisé. Écrit comme ça, ça a l’air un peu vague, mais les détails pratiques sont bien explicités sur le site du GREC : www.ecrivainsconseils.net.

Je me suis jetée à l’eau et j’ai présenté  un mémoire afin d’obtenir la certification du GREC. J’ai pour ma part voulu revenir sur ce gros travail réalisé à l’occasion du centenaire d’un établissement psychiatrique. Comme j’ai dû faire face à de nombreux problèmes, cela m’a permis de me pencher sur ce travail, à tête reposée et d’en faire le bilan. J’ai pu constater que je ne m’en suis finalement pas trop maLabel de qualitél tirée. Et le résultat de mes erreurs me permet aujourd’hui d’être mieux armée si jamais un projet similaire venait à m’être proposé.

La rédaction du mémoire de certification m’a permis de me remettre en question, dans le bon sens du terme, et de revenir sur un gros projet d’écriture.

Je viens de recevoir le résultat : le jury m’a admise à la certification, ce qui signifie que je suis un écrivain conseil® qui possède les qualités et les aptitudes nécessaires à l’exercice de son métier ! Je suis ravie et je vais pouvoir me prévaloir de ce label.

Signée : Sophie Strnadel, écrivain conseil® certifié.

 

Une confraternité indispensable

Le métier d’écrivain conseil est assez solitaire. C’est pourquoi j’ai souhaité connaître des confrères et voir leur pratique de manière à évoluer dans mon métier. J’ai donc adhéré au groupement des écrivains conseils® (GREC). Par ailleurs, je me suis également investie dans le syndicat national des prestataires et conseils en écriture (SNPCE). Ces deux associations n’ont pas les mêmes objectifs : le GREC, d’une part, me permet d’échanger autour des pratiques du métier. Le SNPCE, quant à lui, est destiné à promouvoir la profession et défendre les intérêts des PCE. La mise en commun de nos compétences et matières grises nous permet d’être plus forts.

Grâce à ces associations, j’ai rencontré des confrères qui m’ont permis d’avoir des missions. Ainsi, certaines de mes permanences en institution ont été possibles grâce à une consœur proche (et pas seulement géographiquement) avec laquelle j’anime désormais des ateliers d’écriture. Une autre consœur m’a permis d’évoluer dans l’animation d’ateliers d’écriture en m’invitant à ses séances ; depuis, elle fait appel à moi pour la remplacer. Un confrère m’a récemment proposé un partenariat pour répondre à la commande d’un établissement hospitalier souhaitant réaliser un livre à l’occasion de son centenaire.

Outre les affaires que mes relations confraternelles m’apportent, les échanges que je développe sont très riches en enseignements, conseils et rapports humains.

Je conseille donc à d’éventuels prestataires et conseils en écriture de se rapprocher des associations qui rassemblent en leur sein de formidables professionnels.

Forum du GREC 2012 : compte-rendu

Le forum strasbourgeois du GREC s’est admirablement déroulé, sans accroc, sans que des égos ne viennent troubler la sérénité à laquelle aspire chacun de ses membres.

Nous étions une cinquantaine à avoir fait le déplacement et avons eu du plaisir à échanger.

L’assemblée générale a dévoilé la grande enquête que va mener le GREC auprès de ses adhérents, ce qui permettra de coller au mieux aux attentes des grécistes. Je prends le pari que le GREC va évoluer, notamment en matière de publicité du métier, de formations et même, j’ose l’écrire, de sélection des écrivains conseils®.

Il est clair que la simple adhésion à une association, sans participation de quelque manière que ce soit à son évolution, n’enrichit le groupement en aucune manière. Du coup, je me suis dit que ce serait bien que j’agisse un peu plus vigoureusement au sein du GREC, notamment en proposant des actions concrètes à mener. Je vais attendre le résultat de cette enquête pour me porter volontaire sur quelques idées qui me sont chères.

L’année prochaine, le forum devrait se dérouler dans le sud de la France.

En attendant, pour les curieux qui ne connaissent pas encore ce groupement (le plus important de la profession) : http://www.ecrivainsconseils.net/

Quant à moi, j’attends avec impatience de pouvoir rencontrer à nouveau mes compagnons d’écrits : grâce au GREC, j’ai rencontré de formidables personnes qui m’ont apporté leur expérience, leurs compétences et leur dynamisme. Merci !

Forum du GREC 2012

Le Groupement des écrivains conseils® (GREC) est une association qui a 10 ans et qui agit avec et pour des professionnels de l’écrit. Cela fait maintenant 3 ans que j’y adhère. Le GREC m’a beaucoup apporté. D’abord, j’y ai rencontré ma garante, devenue bien vite une amie avec laquelle j’ai pu mettre sur place quelques projets, comme des ateliers d’écriture. J’ai également pu rencontrer des confrères qui ont partagé certaines compétences et expériences.

Ainsi, Michèle Geoffroy, une pointure en matière d’ateliers d’écriture et développement personnel, m’a-t-elle offert de participer à des séances et même de les animer. Mais encore, l’espace de libre échange offert par le site entre ses membres et les affinités qui se sont peu à peu mises en place m’ont aidé à m’affirmer dans cette profession non réglementée et peu connue.

Le dernier week-end du mois de mars, les membres sont invités à participer à l’assemblée générale qui se déroule chaque fois dans un endroit différent. L’année dernière, le forum de Montreuil-sur-Mer a quelque peu été gâché par certains membres désireux d’attirer l’attention sur leur petit ego. Hormis la volonté affichée d’aller au conflit, nous avons pu assister à de très belles initiatives, et notamment la réalisation de portraits de certains habitants de la ville par des écrivains conseils®, venue quelques semaines plus tôt pour rédiger leur biographie en quelques paragraphes.

Cette année, le forum se tiendra à Strasbourg. Comme la plupart des grincheux n’ont pas renouvelé leur adhésion, je suis certaine que de beaux projets vont être mis en place ce week-end.

Grâce au GREC, les écrivains conseils® peuvent participer à des manifestations d’envergure afin de représenter les différentes facettes de leur métier. Ainsi, l’année dernière un stand pour le salon de la mort a-t-il pu être tenu par certains d’entre nous.

Lors de ce forum, nous ferons le point sur ce que nous attendons du GREC et sur ce que nous sommes prêts à donner en échange. Pour le moment, la seule condition d’adhésion est d’avoir une activité en rapport avec l’écriture, sans qu’il soit besoin de prouver la réalité de nos compétences. Je suis en faveur de la mise en place d’un test afin de valider les aptitudes des écrivains conseils à l’écrit, et ce pour accorder toujours plus de crédit à cette association.

De l’intérêt d’adhérer à une association professionnelle

Lorsque j’ai débuté mon activité, la question d’adhérer à une association d’écrivains publics s’est posée dès le début. Exercer son métier seul chez soi a certes des avantages, mais aussi beaucoup d’inconvénients. La solitude ne permet pas toujours de résoudre des problèmes auxquels d’autres ont été confrontés : combien de temps vais-je passer pour ce type de prestations ? Quel sera mon tarif ? Comment répondre à un appel d’offres ?

Deux associations sont actives dans mon domaine d’activité : l’académie des écrivains publics de France (AEPF) et le groupement des écrivains conseils® (GREC). J’ai contacté les deux et j’ai eu la bonne surprise de constater qu’un membre du GREC se trouvait à proximité de chez moi. J’ai donc pu échanger facilement avec celle qui depuis est devenue une consoeur puis une amie.

En adhérant au GREC, je n’ai pas été déçue. Non seulement les membres que j’ai sollicités se sont montrés attentifs et de bons conseils en matière professionnelle, mais en plus j’ai trouvé des personnes qui sont devenues plus que de simples collègues. L’échange a permis de briser l’isolement dans lequel je me trouvais. Bien sûr, le groupement est perfectible et outre les écrivains conseils® compétents et réactifs qui le composent, on y rencontre également des membres qui n’exercent cette activité que pour « passer le temps », sans chercher à en tirer un revenu.

Grâce à ce groupement, j’ai pu :

  • me former sur l’atelier d’écriture en passant par une des animatrices les plus compétentes en la matière,
  • travailler sur des transcriptions en devenant sous-traitante,
  • récolter des missions d’écriture par le biais de confrères qui ne pouvaient répondre à la demande,
  • répondre à des appels d’offres.

Je n’ai donc fait que retirer des bénéfices de mon adhésion à ce groupement. De plus, chaque année, fin mars, nous nous retrouvons lors du forum annuel, ce qui est l’occasion de se voir sans passer par Internet ou le téléphone ; les nouvelles technologies sont effectivement très appréciables du point de vue du travail à distance, mais la rencontre physique demeure inestimable.

Depuis, je me suis investie dans le seul syndicat qui cherche à promouvoir et défendre les intérêts des prestataires et conseils en écriture, le SNPCE. La démarche n’est pas la même puisqu’il s’agit bien d’une action militante. Nous sommes une poignée de prestataires et conseils en écriture qui cherchent la reconnaissance de leur métier : plusieurs cerveaux pour une même cause. J’aime mon métier et je cherche à le faire connaître, le défendre, en améliorer la communication et aider les pratiquants dans les difficultés qu’ils rencontrent.